UCDigitalis >
IMPACTVM >
Artes e Humanidades >
Revista Filosófica de Coimbra >
Revista Filosófica de Coimbra, vol. 27, nº 54 >

Please use this identifier to cite or link to this item: http://hdl.handle.net/10316.2/46472

Title: Derrida: toujours déjà “politique”: écriture – parjure – pardon
Other Titles: Derrida: always already “political”: writing – perjury – pardon
Authors: Bernardo, Fernanda
Keywords: Déconstruction
Derrida
Politique
Écriture
Don
Parjure
Pardon
Issue Date: 2018
Publisher: Imprensa da Universidade de Coimbra
location : Coimbra
Abstract: Derrida politique – comment écouter la résonance de ce titre? Ce texte est né de l’enjeu de cette écoute et, par le biais du lien des problématiques de l’écriture ou de la trace – une première désignation de la Déconstruction derridienne dans les années 60‑70 –, du parjure et du pardon, il essaye de présenter et de soutenir une sorte d’hypothèse formelle à l’allure de quasi‑thèse quant à la portée politique, singulièrement politique, singulièrement toujours déjà politique, bien qu’autrement politique, de la pensée de Jacques Derrida ainsi que de la pensée, de l’inconditionnalité de la pensée selon Jacques Derrida dans la singularité de sa différence vis‑à‑vis de la philosophie: à savoir, l’hypothèse du très singulier apolitisme hyper‑ ou ultra‑politique de principe de sa pensée, de l’impossibilité et de l’inconditionnalité qui dictent et aimantent l’indéconstructibilité de sa pensée et de son appel à repenser autrement et à réélaborer «l’obscur» concept, le «très obscur» philosophème métaphysique du politique. Une hypothèse qui vise combattre non seulement les critiques, infondées et trop souvent intellectuellement incompétentes et malhonnêtes, selon lesquelles il n’y aurait pas une inquiétude politique, ni une portée politique ni une philosophie politique dans la Déconstruction – et, en effet, il n’y a pas une philosophie politique chez Derrida, en ayant pourtant une pensée du politique qui a d’elle‑même une allure déjà hyper‑politique et qui, dans l’éloignement de tout engagement ou militantisme, pense en faisant –, de même qu’elle vise combattre l’idée de l’existence d’un «political turn» et d’«un «ethical turn» dans la Déconstruction derridienne: il s’agit de montrer que, dans son singulier apolitisme ou trans‑politisme de principe (et apolitisme seulement par rapport au concept métaphysique de politique, bien sûr!), l’inconditionnalité escathologico‑messianique qui inspire la Déconstruction derridienne du phono‑logo‑centrisme dans les années 60‑70 contre le Linguistic Turn, n’avait pas seulement de fortes implications politiques – elle avait en plus une tonalité déjà «politique». Une portée déjà hyper‑politique! Comme largement le témoigne le lien entre l’écriture et le parjure et les motifs du don et du pardon, deux des inconditionnels ou des impossibles de la Déconstruction derridienne que, bien que très succinctement, à cette fin nous approchons ici.
URI: http://hdl.handle.net/10316.2/46472
ISSN: 0872-0851
Appears in Collections:Revista Filosófica de Coimbra, vol. 27, nº 54

Files in This Item:

File Description SizeFormat
Derrida,_Toujours_deja_Politique.pdf687.02 kBAdobe PDFView/Open

Items in DSpace are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.