UCDigitalis >
IMPACTVM >
Ciências Naturais >
Memórias e Notícias >
Memórias e Notícias nº 48 >

Please use this identifier to cite or link to this item: http://hdl.handle.net/10316.2/42093

Title: Contribuição para o conhecimento dos minerais uraníferos portugueses
Other Titles: Contribution à l’étude des mineraux uranifères portugais
Contribution towards the study of the Portuguese uranium minerals
Authors: Neves, J. M. Correia
Nunes, J. E. Lopes
Issue Date: 1959
Publisher: Museu e Laboratório Mineralógico e Geológico da Universidade de Coimbra
location : Coimbra
Abstract: L’étude de minéraux uranifères portugais que nous avons faite nous permet de mettre en lumière les points suivants : 1 — L’uraninite de Urgeiriça, identifiée aux rayons X, nous a donné une courbe thermique différentielle différente de celles que la littérature technique nous a fait connaître, et qui ne sont d’ailleurs pas identiques entre elles. 2 — Le diagramme thermique différentiel de la sabugalite de Cortes Cimeira (Bendada), que nous avons obtenu, diffère de celui obtenu par Guillemin et Pierrot (1956) pour la sabugalite de Margnac II. La sabugalite de Cortes Cimeira a donné deux pointes endothermiques (125° C et 160° C) et celle de Margnac II a donné les pointes endothermiques de 160° C et 225° C. S — La sabugalite de Cortes Cimeira est intimement associée à la phosphuranylite. 4 — A Urgeiriça et à Reboleiro (Trancoso), nous avons identifié l’uranophane-α. La variété uranopliane-β n’a pas été rencontrée. A Urgeiriça l’uranophane-α est accompagnée par l’autunite et la phosphuranylite. 5 — L’uranophane-α d’Urgeiriça nous a fourni une courbe de DTA qui présente des pointes exothermiques à 1009 C et à 725° C, et endothermiques à 125° C et à 183° C. 6 — Un diagramme de DTA d’«uranophane»-a de Reboleiro a montré des pointes de ce minéral et de métatorbernite à laquelle il s’associe intimement. 7 — La métatorbernite et la torbernite se montrent presque toujours intimement associées dans la nature, comme il résulte de nos études optique, radiographique et thermique différentielle. 8 — Les deux structures précédentes peuvent cependant exister séparément. En fait, nous avons pu, en utilisant les paramètres unitaires de la métatorbernite et les conditions sélectives imposées par son groupe de recouvrement, déterminer les indices des diagrammes de poussières de métatorbernites de Bejanca et de Toirais. Dans ces deux métatorbernites nous avons déterminé une seule valeur pour ω <1.620). Nous avons pu aussi fixer les indices d’un diagramme de «torbernite» de Trancoso dans lequel apparaissaient toutefois aussi, très faibles, les raies les plus intenses de la métatorbernite. Dansla «torbernite» de Trancoso nous avons déterminé les indices de réfraction de la torbernite et de la métatorbernite. 9 — Le diagramme de la métatorbernite de Gunis Lake, présenté par Frondel (1956), a deux raies [6.57 A° (1) et 3.86 A° (1)] dont nous n’avons pas pu fixer les indices. 10 — Nous avons noté des différences appréciables entre nos valeurs de d, I et (hkl) pour la torbernite et celles présentées par Berman (1957). Ces différences sont analysées dans le texte. 11 — L’étude thermique différentielle nous a montré qu’il était possible de distinguer, par ce moyen, la torbernite de la métatorbernite, comme de les identifier dans un mélange. 12 — Optiquement, radiographiquement et thermiquement, nous avons constaté une parfaite identité entre onze échantillons d’autunite soumis à nos investigations. 13 — L’ellipsoïde optique des autunites est à trois axes et les plans (001) ont une couleur jaune en lumière réfractée, verte en lumière réfléchie. 11 — La forme stable en laboratoire est la méta-autunite et nous n'avons trouvé que des autunites car nos études ont été faites dans l’hiver de 1958 et la tension de vapeur existante dans l’atmosphère a fait déplacer complètement l’équilibre méta-autunite ⇄ autunite dans le sens de l’autunite. 15 —Dans l’autunite de Fail nous avons observé la macle selon (110). 16 — Dans le diagramme de l’autunite de Palhais, outre les raies qui s'observent dans les diagrammes des autres autunites étudiées, il apparaît aussi la raie 3.00 A° (2) (212). Les indices des diagrammes de rayons X des autunites ont été déterminés. 17 — L'analyse thermique différentielle permet de distinguer les structures de la torbernite, de la métatorbernite et de l'autunite. 18 —Dans l’autunite, la réversibilité entre l’hydratation et la déshydratation se vérifie.
URI: http://hdl.handle.net/10316.2/42093
ISSN: 0870-0397
Appears in Collections:Memórias e Notícias nº 48

Files in This Item:

File Description SizeFormat
MinUraniferPort.pdf12.21 MBAdobe PDFView/Open

Items in DSpace are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.