UCDigitalis >
IMPACTVM >
Ciências da Saúde >
Revista Portuguesa do Dano Corporal >
Revista Portuguesa do Dano Corporal nº 21 >

Please use this identifier to cite or link to this item: http://hdl.handle.net/10316.2/33164

Title: A valoração pericial do “perigo para a vida”: estudo retrospectivo de duas áreas metropolitanas de Portugal
Authors: Oliveira, C.
Santos, B.
Jardim, P.
Corte-Real, F.
Magalhães, T.
Keywords: Évaluation des dommages corporels
Droit pénal
Danger pour la vie
Issue Date: 2010
Publisher: Imprensa da Universidade de Coimbra
location : Local:Coimbra
Abstract: Res:L’évaluation médico-légale du “danger pour la vie”. Étude rétrospective dans deux régions du Portugal L’article 144º du Code Pénal Portugais (CP) aborde les crimes graves contre l’intégrité physique. L’alinéa d) de cet article décrit un paramètre fondamental dans l’évaluation des dommages corporels en droit pénal, intitulé «Danger pour la vie» (DV). Malgré la pertinence de l’évaluation de ce paramètre par des médecins experts, nous n’avons pas, jusqu’aujourd’hui, des critères bien définis pour son évaluation. La présente étude vise évaluer les différences parmi les critères adoptés par les experts. Nous avons conduit une étude rétrospective de tous les cas d’atteinte à l’intégrité physique auxquels on a considéré qu’il existait un réel danger pour la vie, dans les Délégations du Nord et du Centre de l’Institut National de Médecine Légale (INML) pendant le période 2004 à 2008. Nous avons trouvé 63 cas, qui représentent 0,2% du total des cas de lésions corporelles dans la période étudiée. Les données démographiques nous montrent que les victimes étaient majoritairement des hommes et l’âge moyen était de 37 ±18,34 ans. En ce qui concerne l’étiologie des traumatismes, l’agression est l’événement prédominant et il y en a beaucoup causées par des armes blanches. Les tableaux cliniques qui ont justifié l’attribution du paramètre DV sont le «choc hypovolémique», suivi du «traumatisme crânien sévère» et de la «insuffisance respiratoire». Nous avons rencontré des conséquences permanentes en 88,9% des cas, dont 38% présentaient des critères rapportés dans l’article 144 º. La durée moyenne de la maladie établie pour les victimes évaluées a été 254 jours. Dans l´attribution du DV, l’expert doit tenir compte que cette situation correspond à une probabilité concrète d’un résultat mortel, basée sur les signes et les symptômes de la mort qui s’approche, bien que sur des situations critiques et de mauvais pronostic directement liées aux dommages résultant de agression. Toutefois, même quand le DV n’existe pas, on doit signaler dans le rapport d’expertise s’il y a des risques graves (danger potentiel), ce que n’a pas été rapporté dans les cas étudiés. En outre, il est clair que, compte tenu des implications juridiques qui se posent dans ces cas, il est essentiel établir des objectifs et des critères cliniques normalisés pour l’attribution de ce dommage (ce que n’a pas été vérifié dans 12,7%), ainsi que leur justification rigoureuse (celle-ci n’est pas rapportée dans 74,5% des cas).
URI: URI:http://hdl.handle.net/10316.2/33164
ISSN: ISSN:1647-8630
Appears in Collections:Revista Portuguesa do Dano Corporal nº 21

Files in This Item:

File Description SizeFormat
RPDC21_artigo3.pdf918.18 kBAdobe PDFThumbnail
View/Open
RPDC21_artigo3.preview.pdfGenerated Preview243.48 kBAdobe PDFView/Open
RPDC21_artigo3.pdf2.pngGenerated Thumbnail2161.44 kBimage/pngView/Open

Items in DSpace are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.