UCDigitalis >
IMPACTVM >
Ciências Naturais >
Memórias e Notícias >
Memórias e Notícias nº 52 >

Please use this identifier to cite or link to this item: http://hdl.handle.net/10316.2/42134

Title: Minérios de ferro de Goa (Índia Portuguesa)
Other Titles: Minerais de fer de Goa (Inde Portugaise)
The iron ores of Goa (Portuguese India)
Authors: Neiva, J. M. Cotelo
Issue Date: 1961
Publisher: Museu e Laboratório Mineralógico e Geológico da Universidade de Coimbra
Centro de Estudos Geológicos
location : Coimbra
Abstract: Les gisements de minerais de fer de Goa forment des affleurements dispersés de bandes orientées NW-SE. Ils sont en relation avec des formations plissées du socle ancien, probablement du système Dharwar, et constituent les affleurements des plissements les plus importants. Le relief de la région est en général direct et les zones en exploitation sont situées sur les anticlinaux. En beaucoup d’endroits les gisements présentent en surface une croûte latérisée (minerai latéritique) épaisse de 1 à 8 mètres. Par dessous, affleurant aussi en divers points, se trouvent des couches de bandes de minerai martitique cohérent et poreux, de 10 à 30 mètres d’épaisseur totale. En profondeur se minerai passe à des couches de bandes de minerai friable ayant la même composition minéralogique et une épaisseur visible de 5 à 8 mètres. Il est très probable qu’en divers gîtes se trouvent, sous le minerai martitique friable, d’autres couches de minerai principalement à gangue quartzeuse (quartzite martitique à spécularite). Dans la concession n.° 1 de Lamgão de Bicholim on peut voir ce quartzite. Comme dépôt de versants on trouve du minerai latéritique détritique. Plusieurs centaines de millions de tonnes sont les réserves de minerais de fer de Goa. Le minerai martitique est stratifié, poreux et formé d’idioblastes de magnétite totalement ou partiellement martitisés. Il s’altère en goethite et limonite. Il y a de rares altérations de magnétite en maghemite. On trouve accessoirement quelques granoblastes de quartz et plus rarement d’albite. Ce minerai a une teneur élevée en Fe (57% à 70% de Fe), la silice dépassant rarement 5 % ; il est pratiquement exempt de S et sa teneus en P est en général très basse. Le minerai martitique friable («blue dust»), de même que le minerai cohérent, forme des couches de minces bandes poreuses. Il est essentiellement constitué de cristaux de magnétite totalement ou partiellement martitisés. Il s’altère en goethite et en limonite. C’est un minerai riche en fer, non phosphoreux, pratiquement exempt de S et de très faible teneur en SiO2 (généralement inférieure à 5 %). Au point de vue minéralogique et chimique, il est semblable au minerai martitique cohérent. Le minerai martitique à gangue quartzeuse est un quartzite martitique à spéculante, nettement stratifié. Il est essentiellement constitué par des granoblastes de quartz, des idioblastes de magnétite totalement ou partiellement martitisée, de fins idioblastes de spéculante et, accessoirement, par quelques granoblastes d’albite et d’apatite. Il s’altère en limonite et en goethite, plus rarement en maghemite. C’est un minerai de richesse moyenne en fer, siliceux, avec très peu de P et pratiquement exempt de S. Il se prête à la concentration. Le minerai latéritique est vacuolaire, de structure collophormique. Il est essentiellement formé de goethite et de limonite et, accessoirement, d’hématite et de quartz. La matière brun foncé des parois des vacuoles et des canalicules est principalement constituée par de la goethite, de la limonite et un peu d’hématite; la masse rouge vin qui remplit vacuoles et canalicules est formée d’hématite et de gibbsite et parfois de goethite et de limonite. La matière brun jaunâtre ou jaune blanchâtre remplissant quelques vacuoles et canalicules, ou se trouvant au sein de la masse rouge vineuse, est constituée par de la gibbsite et de la goethite, avec prédominance de la première. Ce minerai est riche en fer, n’est pas phosphoreux, a très peu de S et une très faible teneur en SiO,2. Dans le minerai latéritique on rencontre parfois des poches de bauxite (gibbsite avec, accessoirement, kaolinite et goethite). Le minerai latéritique détritique est formé de morceaux et de grains, de grosseurs variées, de minerai martitique cohérent, de minerai martitique à gangue quartzeuse et de minerai latéritique, liés par un ciment vacuolaire goethitico-limonitique, avec ou sans gibbsite. De minces couches de schiste séricito-chloriteux, interstratifiées dans le minerai, ont principalement évolué vers la kaolinite tandis que le quartz était solubilisé. On met en relief la similitude des minerais de Goa avec d’autres minerais, en particulier de l’Inde et du Brésil. Les couches de minerais martitiques cohérents et friables doivent représenter, dans la plupart des cas, le résidu de couches de quartzite martitique à spéculante, appartenant probablement au système Dharwar. On essaye d’interpréter la genèse du quartzite martitique à spéculante (minerai martitique à gangue quartzeuse) de Goa: suspensions colloïdales à pH entre 4 et 6; coagulation et sédimentation de l’hydroxyde de fer et de la silice; évolution de l’ensemble, par métamorphisme régional, vers un quartzite riche en magnétite; martitisation ultérieure de la magnetite et précipitation de spéculante sous l’action probable de fluides hydrothermaux granitisantes. Les grands gîtes de minerais martitiques cohérents et friables de Goa se seraient formés à partir de cette roche par enlèvement du quartz et autres impuretés, par mise en solution, par des eaux superficielles (pH > 7) d’infiltration et sous l’influence des conditions climatériques de la mousson tropicale. A d’autres endroits le même type de minerai pourra se former à partir d’autres roches, par exemple à partir d’amphibolites. Les feldspaths sont hydrolysés et le quartz rendu soluble. La magnétite martitisée (martite) reste comme résidu. Il y a identité de structure entre le minerai martitique cohérent et le minerai martitique friable. Celui-ci se rencontre dans la zone actuelle de circulation profonde et active de l’eau superficielle d’infiltration. Le minerai friable, situé au dessus de la nappe phréatique, aura subi une aggrégation du fait du poids des couches et une certaine reprécipitation de minerais ferrifères, devenant ainsi cohérent. Ces deux types de minerais gardent, dans leurs lignes générales et même dans le détail, les plissements que présente le quartzite martitique. La croûte de minerai latéritique s’est formée par des processus supergéniques à partir du minerai martitique cohérent. La mobilization d’un certain Fe 3+ par une eau de caractère acide, après la mousson, a permis l’élargissement local des pores du minerai et la formation de canalicules. L’augmentation du pH a permis la précipitation du ferrigel à partir duquel se sont formées la goethite et la limonite. Certaine limonite a évolué vers l’hématite par perte d’eau. Par suite de l’augmentation du pH, certain aluminogel a précipité dans les canalicules et a évolué en gibbsite. La latérite détritique s’est formée comme dépôt de pentes. La goethite et la limonite ont précipitées du ferrigel entre les débris des autres types de minerais de fer et ont cimentées ces débris. A la fin de l’étude, sont mis en évidence la grande valeur économique et industrielle des minerais de fer de Goa et le probable intérêt d’une installation sidérurgique sur ce territoire.
URI: http://hdl.handle.net/10316.2/42134
ISSN: 0870-0397
Appears in Collections:Memórias e Notícias nº 52

Files in This Item:

File Description SizeFormat
MinFerroGoa.pdf22.47 MBAdobe PDFView/Open

Items in DSpace are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.