UCDigitalis >
IMPACTVM >
Ciências Naturais >
Memórias e Notícias >
Memórias e Notícias nº 41 >

Please use this identifier to cite or link to this item: http://hdl.handle.net/10316.2/38218

Title: Radioactividade de rochas graníticas do Maciço Hespérico
Other Titles: Radioactivité des roches granitiques du Nord du Portugal
Radioactivity of the granitic rocks of the Hesperic Massif (iberian tableland)
Authors: Morais, Marília Xavier de
Issue Date: 1956
Publisher: Museu e Laboratório Mineralógico e Geológico
Centro de Estudos Geológicos
location : Coimbra
Abstract: La radioactivité des roches est exprimée en pourcentage de U3O8, car l’on a fait la comparaison de la radioactivité de chacune d’elles avec celle tirée d’échantillons de concentration connue de cet oxyde. Pour cela l’on a supposé qu’elle était dûe uniquement à des éléments de la famille de l’Uranium et que cette famille se trouvait équilibrée. Chaque roche fut analysée en deux montages différents et en employant comme détecteur pour les deux un tube de Geiger. Ce tube possédait pour chaque montage des caractéristiques différentes et était, dans les deux cas, protégé par un château de plomb. Le montage de laboratoire est un peu plus compliqué et est constitué par un «scaler», un horloge et un détecteur; quant à l’autre il consiste en un petit appareil de piles qui contient le tube de Geiger et qui peut être utilisé soit au laboratoire soit au terrain. Toutefois, si l’on compare les résultats obtenus avec l’un et l’autre appareil, à l’exception de quelques roches qui peuvent, d’ailleurs, ne pas se trouver dans les conditions supposées au début de l’expérience, on peut vérifier que ceux ci ne présentent pas de grandes différences. La première détermination est faite plus rigoureusement mais l’on arrive à la conclusion que l’appareil utilisé au terrain, qui est beaucoup meilleur marché et beaucoup plus pratique, donne des résultats très rapprochés de ceux du premier appareil. Dans les granités analysés on a vérifié que les valeurs de radioactivité les plus fréquentes varient entre 0,003 et 0,005% de U3 O8, ce qui correspond à des variations de silice de 69 à 74 %. Il y a des cas de radioactivité beaucoup plus élevés comme chez les granités d’Urgeiriça (Nelas), mais ceci est le résultat d’avoir recueilli ces échantillons étudiés à proximité du filon minéralisé par des minerais radioactifs. Nous avons analysé des échantillons recueillis à des profondeurs différentes dans des filons pegmatitiques-granitiques. Ces échantillons appartiennent à des filons pegmatitiques de Cabração (Ponte-de-Lima) et chacun d’eux fut choisi parmi environ 200 kg de matériel prélevé avec base statistique. Les résultats révèlent qu’à la surface la radioactivité est moindre qu’en profondeur. Dans le cas du filon n.° 1 elle semble se maintenir constante depuis le niveau 185, c’est-à-dire à peu près à 30 mètres sous le niveau du terrain. Quant au filon n.° 3, cette même constance semble se constater depuis le niveau 200, c’est-à-dire à peu près à 45 mètres sous le niveau du terrain. On vérifie également dans les filons pegmatitiques de la Cabração qu’il parâit y avoir une certaine corrélation entre les pourcentages de silice des roches et la radioactivité, puisq’aussi bien l’augmentation de Si O2 est accompagnée de l’augmentation de cette dernière. Les pourcentages de silice et de radioactivité varient également en s’amplifiant vers la profondeur. L’affleurement granitique de Moreira-de-Lima nous a permis de comparer la radioactivité de ce granité à deux micas avec celle des filons pegmatitiques n.° 1 et n.° 3 de la Cabração lesquels filons se situant relativement auprès de cet affleurement; mais cette conclusion n’est pas générique puisqu’avec des échantillons de roches granitiques de Paradela-do- -Rio (Montalegre) il nous a déjà été donné de vérifier le contraire. Là le granité porphyroïde biotitique est moins radioactif que la pegmatite graphique. Le faciès de différentiation syénitique de couleur rougeâtre qu’on peut observer localement à Paradela a également la même radioactivité: que la pegmatite graphique Un granite dont la radioactivité se trouve très proche de celle du granite porphyroïde biotitique de Paradela est celui de couleur rosée et également porphyroïde biotitique qu’on remarque au même endroit. La syénite de Lagares-do-Estanho (Queiriga, Viseu), identique à celle de Paradela-do-Rio, est toutefois moins radioactive que celle-ci. Le granite et le porphyre granitique de la Fonte-dos-Asnos (Miranda-do-Douro) ont la même radioactivité mais la greisénisation entraîne une légère diminution de cette radioactivité. Les formations graniteuses de caractère un peu plus basique que le granite on une radioactivité légèrement supérieure à celle du granite ou dans la limite de variation moyenne de ce dernier. Ces formations graniteuses sont les granodiorites de Torrão et de la Borralha et la concentration homeogène la plus basique chez cette roche, le monzonite qui affleure dans une rue de Foz-do-Douro ainsi que les syénites de Paradela et de Lagares-do-Estanho. La radioactivité du granodiorite de Borralha et celle du migmatite de la même région sont différentes. La radioactivité du migmatite est très inférieure à celle du granodiorite ce qui, d’ailleurs, est logique.
URI: http://hdl.handle.net/10316.2/38218
ISSN: 0870-0397
Appears in Collections:Memórias e Notícias nº 41

Files in This Item:

File Description SizeFormat
Radioactividade de rochas graniticas do Macico Hesperico.pdf896.71 kBAdobe PDFView/Open

Items in DSpace are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.